PAR ROMUALD VINACE
PHOTOS CTN

Le Challenge trail nature 06 devient le Challenge trail 06. Une 13ème édition qui s’annonce toujours plus attractive et qui devrait de nouveau faire le plein en 2020. Première des treize dates au programme : le 29 mars, à Sigale, pour le Trail des Canyons de l’Estéron avant le clap de fin, le 6 décembre, à Levens, au Trail du soleil. Rencontre avec l’un des responsables du Challenge, Stéphane Giordanengo…

 En terme de compétition, ce rendez-vous reste très exigeant…

Le challenge compte 13 dates. Sur certaines, se trouvent une voire deux distances soit 22 épreuves au total. Le trail court de 10 à 20 km comptabilisera 12 courses (les 6 meilleurs résultats seront retenus) et le trail 8 (à partir de 21 km, les 5 meilleurs résultats seront retenus). Viendra ensuite s’y ajouter le la manche bonus Kilomètre vertical de Gorbio, le « Bonus bénévoles » fera gagner des points bonifications à un coureur qui s’est rendu disponible sur une étape. Le troisième volet sera le « super challenge » : les trois meilleurs résultats en trail court et les deux meilleurs en trail seront alors pris en compte. Les coureurs locaux sont déjà familiarisés avec ses subtilités.

Un challenge exigeant mais terriblement addictif à la lumière de sa longévité…

Depuis 2008, le Challenge n’a eu de cesse d’évoluer puisqu’il ne s’appuyait que sur quatre épreuves à sa création. Il a ensuite connu un pic de 16 courses en 2016, est redescendu à 15 puis 13 l’an dernier. Cela sera de nouveau le cas en 2020. Beaucoup de demandes nous parviennent d’organisateurs pour tenter d’intégrer le Challenge dans leur organisation.

C’est une excellente nouvelle en terme marque de confiance, de crédibilité…

Bien sûr ! Pour autant il nous faut rester à un nombre raisonnable de courses à la fois pour que les athlètes n’aient pas à courir tous les week-ends, mais aussi pour maintenir un accompagnement de qualité de la part des services du département. Une épreuve en moyenne une fois par mois, cela reste raisonnable.

« En moyenne, l’augmentation n’a pas cessé jusqu’en 2017. Sur 13 dates en 2019, nous avons accueillis près de 3500 participants et plus de 2000 participants uniques ».

 Comment, justement, l’organisation fait face à la demande, à ce succès ?

Depuis deux ans les chiffres se sont stabilisés. Pour autant, depuis la création, ils n’ont fait qu’augmenter. Cela va avec la multiplication des courses. Et même si l’on se penche sur la moyenne par course, l’augmentation n’a pas cessé jusqu’en 2017. Sur 13 dates en 2019, nous avons accueillis près de 3500 participants et plus de 2000 participants uniques.

En terme sportif, le Challenge Trail 06 est-il le plus gros événement de la discipline ?

Le Challenge est très suivi dans le 06. Nous essayions d’ailleurs d’instaurer un roulement pour avoir une véritable variété et les courses qui sortent connaissent tout de même une certaine baisse de fréquentation.  Il y a des coureurs qui ne participent qu’aux manches du Challenge Trail. C’est le cas d’Yves Reynaud qui a fini en tête du long, 2ème du court et 3ème du Super cette année. Sa saison, ce sont les 13 étapes du Challenge et ils sont plusieurs dans son cas.

13 trails dans l’année, cela peut paraître énorme pour un néophyte…

(Il rit). Vous ne parlez peut-être pas à la bonne personne. J’en suis à ma 43ème course et la 44ème arrive à la fin du mois de novembre.  Je pratique depuis 1995 mais je ne compte réellement que depuis 3 ans. Mon record dois se situer à 48, il sera peut-être à 49 courses cette année. Avec un copain, Franck Saffioti, nous tentons d’être sur le terrain tous les week-ends. Je concède que nous ne sommes pas beaucoup dans ce cas.

Pour revenir au Challenge Trail 06, quelles améliorations souhaiteriez-vous y apporter ?

Nous discutons chaque année au sujet des améliorations à venir. A ce titre, une réunion s’est tenue, comme chaque année, le jour de la remise des prix célébrée au Musée National du Sport à Nice.  Bilan et perspectives ont été évoqués. Par exemple, le bonus bénévole est arrivé il y a 4 ans, puis l’instauration du roulement des courses pour tenter de satisfaire à la demande. Jusqu’à 2018, nous avions trois catégories, « découverte », de 10 à 20 km, « nature », de 21 à 42 km et « trail », plus de 42, sans oublier le Super Challenge. Cette année, nous sommes revenus à deux catégories en conservant le Super Challenge. Nous tendons toujours vers la recherche du format idéal. Le Challenge est déjà fortement engagé en faveur du développement durable. Avec le soutien des différentes organisations, nous souhaitons continuer à développer nos actions en faveur de cet engagement. Par exemple en proposant des animations aux familles des sportifs.

« Parmi les objectifsà tenir dans le Challenge, il nous faut assurer la promotion du territoire des Alpes-Maritimes et sensibiliser les coureurs au développement durable… »

Vous ne vous fixez aucune barrière ?

Les objectifs à tenir dans le Challenge sont multiples et notamment assurer la promotion du territoire des Alpes-Maritimes, sensibiliser les coureurs au développement durable… En 2012, nous avions par exemple distribués des gobelets en plastique réutilisables, des « éco-cups », durant toute une saison. Si toutes les organisations le font, nous étions précurseurs sur le Challenge. Aujourd’hui, nous imposons aux coureurs que chacun ait le sien.

Mais encore…

Cette année, nous avons organisé un « challenge organisateurs » sur les treize dates du Challenge. Un tableau comporte plusieurs critères dont une grande partie de la note a été dédiée au développement durable. Le but est d’élire en fin d’année l’organisation qui a été la plus respectueuse de ces critères, à savoir, utilisation d’éco-cups, interdiction d’utiliser de la bombe, balisage le plus propre possible…

Vous êtes dans la lignée de l’Outdoor Festival 06…

Nous allons également l’organiser. C’est un projet qui a été mené par Reynald Debreyne (chef de projet). Chaque membre de l’équipe aura son rôle à jouer sur l’événement qui est fondé sur plus de 300 expériences innovantes et 59 disciplines. Il sera basé sur les expériences et ouvert au grand public, pas seulement réservés aux professionnels et aux initiés. Le parallèle existe donc puisque ce qui fonctionne sur le Challenge va être appliqué sur le Festival. Il n’y aura aucun gobelet jetable sur le Festival, il y aura une réduction des déchets en amont du festival, et bien sûr, du tri sélectif des déchets… Le Festival va essayer d’être le plus propre possible, comme le Challenge essaie de l’être.

Le Challenge attendra encore du beau monde en 2020…

Ceux qui disputent à l’année le Challenge Trail 06 sont essentiellement des coureurs locaux, et la qualité est là. Les meilleurs du Département sont présents.  A l’époque, Sébastien Chaigneau, spécialiste de l’ultra-trail, a été le parrain d’une étape, le trail des Baous, organisé par Mickael Crouin. Sur le trail de Gorbio, un des plus ancien des Alpes-Maritimes qui vient de fêter ses 20 ans, on a vu lors de précédentes éditions Sébastien Chaigneau, Pascal Blanc ou encore Benoît Cori, deux fois vainqueur de la Saintélyon et de la grande course du Festival des Templiers. Sur certaines étapes, il y a donc des têtes d’affiches renommées.

Des triathlètes sont-ils séduits par le Challenge et donc le trail ?

Oui ! Beaucoup de sportifs du 06 sont « multi-activités ».  De ce fait, ils ont la possibilité de s’aligner sur d’autres challenges : Granfondo, Ski Alpinisme, Descente VTT… Christèle Carrillo, par exemple, qui a remporté à sept reprises le Challenge dans diverses catégories, était blessée en début de saison. Elle s’est alignée sur des manches du Challenge Granfondo avant de revenir sur le Challenge trail après avoir soigné sa blessure.


L’œil du président de la commission running 06

André Ferretti : « La démarche écoparticipative est notre cheval de bataille »

Le travail ne vient pas à manquer. Sur tous les fronts, André Ferretti porte un regard avisé sur le Challenge Trail 06 et pour cause : « Après un accord avec le Comité départemental 06, la commission est, depuis 12 ans, organisatrice du Challenge et elle tente d’apporter son expérience sur le sport nature et le trail notamment », explique l’intéressé. « Le trail est une discipline en perpétuelle augmentation en terme de fréquentation. On compte une cinquantaine de trails dans le 06. Le sport est très apprécié comme on peut en juger avec les 5 000 coureurs classés sur le Challenge 06 », poursuit André Ferret, qui, aidé de son équipe, supervise 110 courses par an.

Le Challenge trail 06 s’avère sans conteste une belle vitrine « en capacité de valoriser l’arrière, le moyen et le haut pays. Mieux, le Challenge participe à des démarches écoresponsables et écoparticipatives qui me tiennent à cœur. En effet, si le critère sportif est important, nous sommes très à cheval sur le développement durable ». Avec 10 trails courts et 8 longs, la dizaine de membres de la commission se partagera donc les taches sur le Challenge.

Pas si simple, mais excitant. « Le département des Alpes-Maritimes est définitivement une terre de trail. Le territoire s’y prête volontiers, se réjouit André Ferretti. L’ascension du Col de Vence, qui cette année a été désignée pour la Coupe de France Montagne et pour le Championnat régional Paca de course de montagne en est, avec le Challenge, un autre exemple ».